Immobilier : les règles d’or pour rentabiliser son logement secondaire ou sa maison de vacances

Ce qu’il faut savoir lorsqu’on loue un logement saisonnier

Vous possédez ou vous envisagez l’acquisition d’une résidence secondaire ? Une maison de vacances que vous comptez bien par la suite rentabiliser sur le marché de la location saisonnière ? Pour bien faire les choses, nous vous livrons les quelques règles d’or à respecter pour un investissement réussi.

Location saisonnière : bien choisir le lieu

Accessible à tout propriétaire depuis l’avènement d’Internet et des plateformes spécialisées ou généralistes, la location saisonnière peut s’avérer très rentable. Si la mer et la montagne ont longtemps été seules concernées, l’engouement récent pour la ruralité ou même les « citytrips » a ouvert ce type de location à de nouveaux secteurs géographiques. Certes, l’attractivité d’une région ou d’une ville demeure au cœur de la rentabilité locative saisonnière. En 2017, une étude dévoilait que le Cap d’Agde, Mandelieu-la-Napoule, l’Île de Ré, Grenoble et la Grande-Motte offraient la durée de rentabilisation de l’investissement la plus courte. Des destinations à garder en tête si vous envisagez d’acheter une résidence secondaire.

Rentabiliser maison secondaire

Opter pour le logement le plus « touristique »

Vous n’avez pas encore acheté ? Vous avez donc l’opportunité de choisir votre bien en fonction de vos attentes personnelles, mais aussi des exigences en matière de locations saisonnières pour une rentabilité maximale. Il s’agit dans ce cas d’opter pour :

– un secteur touristique.
– un bien offrant le maximum de couchages.
– un bien déjà aux normes (électricité, gaz…).
– un bien affichant authenticité et caractère régional.
– un bien offrant des prestations de qualité.
– un bien parfaitement situé vis-à-vis des gares et aéroports de la région.
– un bien offrant un environnement calme et propice à la détente.

Très clairement, envisager la location saisonnière dès le début du projet de maison de vacances permet une optimisation de l’opération. La recherche d’un bien précis sera largement compensée par le loyer exigible et la facilité de location. En augmentant le nombre de jours loués par an grâce à l’attractivité du bien, vous boostez vos revenus locatifs.

Encadré : Pensez à la sécurité de votre logement secondaire !
En tant que bailleur saisonnier, vous devez proposer un logement aux normes en matière d’électricité et de gaz, et veiller au bon état des équipements et des installations. Le logement doit être équipé de détecteurs de fumée, d’un dispositif de sécurité pour l’éventuelle piscine. Assurez-vous de toujours respecter toutes les normes de sécurité en vigueur.

Maximiser le potentiel de votre maison de vacances

Votre maison ou appartement de vacances peut tout à faire séduire une clientèle dès lors que vous l’adaptez et le mettez en valeur. Pour ce faire, voici les règles à suivre :

1. Augmentez le nombre de couchages avec un ou des canapés-lits de qualité. Car souvent, vos locataires viendront en famille ou avec un groupe d’amis.

2. Dépersonnalisez votre intérieur : pas de déco trop marquée ; il faut qu’en découvrant les photos de votre annonce, votre client s’y voie. Une ambiance trop chargée peut rebuter ou empêcher le processus de projection.

3. Régionalisez votre décoration : Bretagne, Provence, Alsace… mettez en avant les caractéristiques déco et immobilières de votre région. Car plus qu’un logement, les locataires souhaitent s’imprégner de l’ambiance locale.

4. Améliorez le niveau de vos prestations, comme par l’aménagement d’un parking locataire ou d’une connexion wi-fi, et proposez un loyer attractif.

5. Adaptez votre logement aux personnes à mobilité réduite. Ce n’est pas une obligation, mais c’est un plus.

Encadré : Location saisonnière : et concernant des impôts ?
Qui dit revenus fonciers, dit impôts. Au moment de déclarer vos loyers de location saisonnière, vous aurez le choix entre deux régimes fiscaux : le Micro-BIC (Micro bénéfices industriels et commerciaux) ou LMNP (Location meublée non professionnelle). Conseil bonus : en dessous de 33 100 €/an de revenus annuels locatifs, choisissez le Micro-BIC. Au-delà, consultez un conseiller fiscal pour étudier une situation qui relève du cas par cas.

Faire appel à une agence immobilière pour gérer votre bien

Point crucial qu’il n’est pas inutile de rappeler, gérer un bien en location peut être chronophage et exigeant en matière de présence, ne serait-ce que pour gérer les entrées-sorties. À ce titre, confier votre bien à une agence immobilière demeure le meilleur moyen de vivre sereinement la location saisonnière de votre maison de vacances. Le choix de la simplicité et de l’efficacité.

Que vous soyez déjà propriétaire de votre maison de vacances ou que vous soyez appelé à le devenir, une location saisonnière bien préparée s’impose comme le seul moyen pour rentabiliser votre investissement. Une rentabilité qui s’obtient moyennant des choix initiaux adaptés, une transformation adéquate et une gestion rigoureuse.

Les trois points clés à retenir :

– Le secteur reste déterminant en matière de rentabilité.
– Sécurité, prestation et tarifs abordables attirent les locataires, et passent avant toute autre considération.
– La gestion locative professionnelle offre liberté et sérénité.

Follow by Email
Facebook
Twitter20
LinkedIn