Ma maison en un clic

Maison intelligente, maison connectée, dernières applis sur smartphone, avec la domotique nouvelle génération, la maison de demain c’est pour aujourd’hui. Plébiscitée par les jeunes, c’est une évidence pour 3 français sur 4, la maison connectée est susceptible d’améliorer le quotidien… En vrai, on va pouvoir enfin se la couler douce, rester au lit plus longtemps tout en faisant des économies. Pas belle la vie ?

Smart house flat illustration concept

Une maison intelligente, à quoi ça sert ?

Piloter les installations de votre maison à distance depuis votre smartphone est désormais très simple. Avec la domotique nouvelle génération, c’est de nouvelles applis adaptées aux smartphones qui entrent dans le quotidien, simple et à la portée de tous. La maison résumée en un clic en quelque sorte…

C’est quoi la domotique ?

Contraction des mots domus, « maison » et automatique, la do-mo-ti-que concentre toutes les technologies de l’électronique, de l’informatique et des communications au service de la maison. Le but ? Faire communiquer les différents équipements au moyen d’un logiciel commandé par une tablette spéciale ou le smartphone de son propriétaire. En matière de domotique, la technologie fonctionne à partir d’une série d’émetteurs et de récepteurs installés dans chaque pièce de l’appartement ou de la maison, tous reliés à un logiciel spécifique. En contrôlant les équipements à distance, la domotique joue un rôle grandissant dans la maîtrise des consommations d’énergie et dans le confort de l’habitat. Réputée coûteuse et compliquée, la maison intelligente est pourtant une solution qui se veut accessible au plus grand nombre et qui contribue à une « économie » vertueuse d’un bien y compris pour son environnement extérieur.

Domotique, troisième génération

Depuis sa création, la domotique s’est d’abord appliquée aux questions portant sur la consommation des énergies et de la sécurité. Deux thèmes plébiscités par la majorité des propriétaires qui voient leurs factures s’envoler compte-tenu de l’augmentation des tarifs de l’énergie, des assurances et des besoins croissants en matière de sécurité des biens et des personnes. Aujourd’hui la domotique évolue et offre des services élargis : de la surveillance du poisson rouge à la date de péremption des produits stockés dans le réfrigérateur, tout y passe … En bref, la domotique nourrit belle et bien l’ambition de transformer la maison en une petite PME gérée par des robots, à ne pas confondre avec des hubots (androids transformés en human robots) !

Au hit des préférences exprimées par les addicts de la domotique :

Smart Home Device - Home Automation

  1. Le chauffage

C’est le principal poste de dépenses domestiques. Outre les mesures classiques permettant de moins et de mieux consommer (isolation, chaudière à condensation à basse température, apport en énergie renouvelable), de nombreux systèmes permettent aujourd’hui de mesurer nos dépenses énergétiques et de programmer notre consommation selon la saison, les données météorologiques, les plages d’occupation, la fréquentation de certaines pièces et pourquoi pas leur orientation.

  1. L’eau

Avec le chauffage, c’est la consommation d’eau chaude qui fait exploser la facture énergétique. C’est sur ce poste que les économies sont les plus sensibles, notamment pour les dépenses liées aux activités extérieures (piscines et jardins). Avec la domotique, fini les fuites d’eau discrètes et les chasses d’eau mal fermées qui font exploser les factures. Chacun peut désormais se montrer éco-responsable en surveillant sa propre consommation et en tirant le meilleur parti des conditions météo, de la pluviométrie pour programmer à distance ses séances d’arrosage en fonction des conditions extérieures.

  1. La Lumière

Dans une maison intelligente, la lumière naturelle est désormais mesurée par des capteurs qui tiennent compte de la présence des habitants et de l’intensité de la luminosité naturelle.  Résultat, installés dans la maison, les capteurs permettent de corriger les oublis quand les enfants ont quitté la pièce sans éteindre la lumière ou quand le jardin reste éclairé toute la nuit pour rien. Autre avantage, la variation de la densité lumineuse peut désormais s’adapter à celle de la lumière naturelle … Une mine d’ingéniosité pour une vraie chasse au gaspillage !

  1. Les appareils ménagers

Eux aussi, sont drivés par la domotique et n’ont qu’à bien se tenir ! Avec eux, vous pouvez bien sûr faire rôtir un poulet au four dès 19h, et surtout ne plus constater avec effroi la présence d’une odeur nauséabonde sortant de votre congélateur resté en panne depuis la dernière coupure de courant survenue dans votre résidence secondaire. Les appareils connectés permettront désormais de pointer le moindre dysfonctionnement et gèreront également les appareils en mode « veille » qui restent allumés alors que personne ne s’en sert (TV, ordi, box).

  1. La sécurité

Elle porte à la fois sur le bien (la maison, l’appartement) et sur les personnes (habitants et usagers). La domotique intègre là tous les systèmes d’alarmes et les dispositifs de sécurité disponibles sur le marché. L’offre est développée, particulièrement sophistiquée et les enjeux financiers non négligeables compte tenu les mesures de protection de plus en plus exigeantes imposées par les contrats d’assurances à usage d’habitation.

La domotique, c’est vraiment pour moi ?

Malgré la fulgurante évolution de l’offre disponible sur ce marché, il est quelques fois difficile de bien s’y retrouver et il paraît malin de se poser les bonnes questions avant de se lancer dans l’aventure domotique. Quel est le meilleur moment pour installer un système domotique chez soi ? Ma maison ou mon appart’ sont-ils adaptés à cette installation ? Combien ça coûte ? Ai-je droit à un crédit d’impôts ?

Autant de questions qui nécessitent une étude attentive des système proposés ainsi qu’une prise de conscience que la domotique s’adapte décidément mieux aux maisons ou appartements neufs équipés d’électro-ménager neuf et dont les appareils sont compatibles entre eux. En bref, la domotique, c’est oui à condition qu’elle fasse l’objet d’une réflexion globale qui intègre les usages, les caractéristiques et la manière dont on a envie de vivre demain.Young woman smiling with digital tablet at home

Follow by Email
Facebook21k
Twitter20
LinkedIn